TEST

Jimi Brown Experience

Jimi Brown Experience, un nom qui évoque immanquablement l’esprit de deux icônes de la musique afro américaine, que sont Jimi Hendrix et James Brown ! Formés à l’école du jazz et du live, on pourrait penser que jouer le funk et la soul serait une récréation technique pour ces musiciens. Pourtant, comme le rappelle Nile Rodgers (Chic) tous les jazzmen ne sont pas capables de jouer funk ; il faut pour cela une dose de feeling qui ne manque pas à ce Jim Brown Experience. Seb Chaumont (saxophone), Selim Nini (saxophone), Tahina Razafindratsiva (trombone), et la trompette parcimonieuse de Fred d’Oelnitz donne un relief JB’s indispensable à ce projet. Quand ce dernier ne souffle pas, il fait rayonner son Fender soutenu par les fondations rythmiques de Laurent Sarrien (batterie) et Fabrice Bistonni (basse), assurant à chacun la solidité indispensable pour lâcher des chorus et se rapprocher un peu plus des hautes sphères de l’âme.

Jimi Brown Experience Nice Jazz Festival – Dolly Daggers 

Ecrit par David

Isotop – Electro Choc

Premier volume d’un véritable manifeste pour un nouveau style : l’électro-fusion, qui mélange la musique électronique, le Jazz et la World music. Le répertoire mèle le groove et la mélodie à travers une écriture exigeante et l’improvisation sous toutes ses formes, en tentant d’effacer les limites qui isolent les genres. Véritable invitation au voyage, Electrochoc nous emmène à la rencontre de paysages imaginaires, teintés d’électronique. De la musique de musiciens, faite à la main, où ils improvisent avec ardeur et passion, tout en laissant entrevoir une extrême sensibilité. Un disque qui ne laissera indifférent ni les amateurs de Jazz, ni ceux d’Electro.

Isotop au Jazz à Juan les Pins – Electro Choc

Ecrit par David

Vladimir Bozar ‘n’ ze Sheraf Orkestär – Universal Sparche

Difficile de décrire l’univers déjanté de ce groupe venu de Nice tant il regorge d’influences diverses et très variées. Les « Sheraf », comme ils se nomment eux-mêmes, œuvrent avec excellence dans l’art du pastiche musical, juxtaposant dans leurs compos une multitude de styles allant du black métal au classique, du tzigane à l’electro avec un humour féroce.

On croise dans leur premier album « Universal Sparche » de nombreux clins d’œil aux héros télévisuels comme Rabbi Jacob, Gonzales ou encore un vibrant hommage à une célèbre pub pour les pâtes ! Pour l’anecdote, contacté par le groupe au hasard d’un coup de fil, Vladimir Cosma leur donnera toute liberté pour interpréter à leur guise sa BO du rabbin légendaire, qu’ils s’amusent à reprendre dans un « Grand Rabbi (la revanche d’un juif Japonais)» hilarant ! Mais attention ! Point de sample chez Vladimir Bozar : « on joue toutes les parties nous-mêmes. L’idée de départ était de faire des morceaux avec des parties courtes et hétéroclites qui se tiennent.

Certains morceaux comme « Panzoni Pasta » a été écrit d’un trait par Djé (maître es electro), puis nous avons fait varier les styles à l’intérieur par la suite. D’autres sont vraiment des patchworks, composés par plusieurs d’entre nous et mis ensemble ensuite ».
Dans le même ordre d’idée, Pedro, le chanteur, est derrière toutes les parties chant qu’on jurerait provenir d’une dizaine de personnes différentes. Né en 2003 sur les cendres de deux formations déjà bien barrées (Jean-Paul Trash qui officiait dans le « carnaval core » et Children of Invention, un groupe de reprises de Zappa), le projet mûrit au fil des années. Toquant aux portes virtuelles de myspace, ils font la connaissance de Trey Spruance (Faith No More, Mr Bungle) qui accroche à leur démarche et avec qui ils tourneront en 2007, avant d’enregistrer en mars 2008 ce premier album auquel participent en guest de nombreux musiciens de Secret Chiefs 3 (side project des membres de Mr Bungle). Album cd surréalist qui éclaire la création musicale francophone actuelle de son humour aux qualités musicales indéniables.! » (Longueurs d’ondes)

Ecrit par David

Oxaï Roura – Afro Amazonian Spirit

“En 1968, on a inventé l’usage positif des psychotropes, quarante ans plus tard voilà qu’un niçois préconise un usage positif de la haute technologie ! Afro Amazonian Spirit est un album d’anticipation. Oxaï Roura joue des percussions et chante des incantations “ reggae-isantes “ avant d’incorporer des bruitages cosmiques et forestiers. Le résultat est une musique spirituelle, étrange, quelque part avant-gardiste, mais avant tout fascinante. Cet album, c’est un lendemain vaudou à Meddle des Pink Floyd, et grâce à son pouvoir mystique, Oxaï Roura tient les auditeurs à sa merci. Surprenant et prenant. Hip-hip-hip, Roura !” – Jean-Pierre Blanchard – Nouvelle Vague

Ecrit par David
  • Suivez-nous sur Facebook!

  • Stay Connected

  • Le Jazzophone